Historique

Sigmah est conçu par une communauté pilotée par 14 ONG

Historique et fonctionnement

Un besoin initial : répondre à l’ « infoxication »

A travers les projets qu’ils mènent, les acteurs de l’aide internationale doivent gérer une importante quantité de données informatiques, qu’ils échangent en permanence en interne ou avec des partenaires, et ce bien souvent dans l’urgence de la réponse à une crise. La perte de temps et de données à travers ces échanges est considérable. Nous utilisons ici l’image « d’infoxication », car nous sommes intoxiqués par la somme d’informations et de documents qui circulent. Sans parler des multiples drafts et versions d’un document qui se mélangent, les différentes versions d’outils de suivi d’indicateurs entre les projets, etc.

En 2008, des ONG souhaitent trouver une solution à ce problème commun par le biais de la technologie.

Le choix est fait de concevoir collectivement un logiciel libre de gestion de l’information, adapté aux projets d’aide internationale. Après avoir diagnostiqué leurs problèmes et leurs besoins, elles constituent la « Coopérative de pilotage », afin de s’impliquer dans le développement et l’évolution du logiciel.

Ce groupe s’étoffe progressivement. En 2017, il est constitué de 14 membres

- 13 ONG : Acting For Life, Action Contre la Faim, CARE Nederland, Comité de Secours Internationaux, Croix-Rouge française, Équilibres & Populations, Etc Terra, Fondation Follereau Luxembourg, Handicap International, Médecins du Monde, Première Urgence-Aide Médicale Internationale, Solidarités International et Triangle Génération Humanitaire.

- Le Groupe URD. Il anime la Coopérative, met à profit son expertise dans le domaine de la Qualité (méthode COMPAS Qualité) et du développement d’outils (logiciel COMPAS Dynamique), et utilise lui-même Sigmah.

Les membres de la Coopérative de pilotage se réunissent régulièrement pour décider des grandes orientations du projet, valider et planifier les priorités de développement du logiciel, aider à l’adoption du système au sein de leurs organisations mais également appuyer la recherche de financements.

Vous souhaitez intégrer la Coopérative de pilotage ?

 

Modèle économique

Le modèle économique de Sigmah repose sur 5 piliers :

1. Les donateurs institutionnels

Depuis 2008, de nombreux bailleurs français et internationaux ont soutenu l’initiative : le ministère français des Affaires étrangères et du développement international (MAEDI), l’Agence Française de Développement (AFD), la Direction Générale « Aide Humanitaire et Protection Civile » de la Commission européenne (DG ECHO), l’Agence Catalane de Coopération au Développement (ACCD), le Humanitarian Innovation Fund (HIF), la région Rhône-Alpes, la région Ile-de-France et la Fondation pour le Progrès de l’Homme.

2. La participation financière des organisations utilisatrices et membres

Chaque organisation utilisatrice souscrit à un forfait de services et l’accompagnement spécifique souhaité selon ses besoins.

3. Les demandes spécifiques de nouvelles fonctionnalités

Il s’agit là d’une caractéristique de Sigmah. Certains utilisateurs ont parfois besoin de développer rapidement une fonctionnalité qui n’existe pas et la financent individuellement. Du fait du caractère « libre » du logiciel, tout le monde peut alors bénéficier de cette nouvelle fonctionnalité, qui se retrouve moins chère à maintenir collectivement. Des volontaires (traducteurs, informaticiens, etc.) apportent par ailleurs également leurs compétences pour développer cet outil mis à disposition de tous.

4. Les travaux réalisés par des volontaires

Des volontaires (traducteurs, informaticiens, testeurs, etc.) apportent également leurs compétences pour développer cet outil mis à disposition de tous. Sans apporter de soutien financier direct, le Google Summer Of Code contribue lui aussi à son échelle au développement du logiciel. En 2012, 2013, 2014 et 2016, il a financé le travail d’informaticiens qui, durant l’été, ont corrigé des bugs et amélioré le logiciel.

5. Les contributions financières libres

Les organisations membres de la Coopérative de pilotage qui n’utilisent pas ou pas encore le logiciel soutiennent pour certaines le projet par des contributions financières libres. Par ailleurs, tout individu peut aussi faire des contributions financières libres au projet Sigmah.

 

Partenaires financiers

Depuis 2008, plusieurs bailleurs institutionnels français et internationaux ont contribué au développement du logiciel :

  • 2008-2010 : le recueil initial des besoins a été possible grâce au soutien du ministère français des Affaires étrangères et du développement international (MAEDI) et de l’Agence Française de Développement (AFD).
  • 2010-2011 : la DG ECHO, l’Agence Catalane de Coopération au Développement (ACCD), la région Ile-de-France, la région Rhône-Alpes et la Fondation pour le Progrès permettent le lancement opérationnel du projet.
  • 2011-2012 : la région Rhône-Alpes finance le recueil des besoins pour la Phase 2 du projet et le développement d’une nouvelle version 1.2 sortie en 2013.
  • 2013-2016 : l’Agence Française de Développement (AFD), la région Rhône-Alpes et le HIF (Humanitarian Innovation Fund) contribuent au développement de la 2ème version du logiciel.

 

Partenaires opérationnels

La société IDEIA est le partenaire technique qui a contribué à la création et la 1ère version du logiciel, de 2010 à 2014.

Fin 2014, elle est remplacée par Netapsys, qui prend le relais sur le volet informatique, et développe la version 2 de Sigmah. Fin 2015, deux nouvelles sociétés viennent renforcer le réseau de prestataires informatiques : Code Lutin et Atol Conseils & Développements.

Outre ces sociétés, de nombreux informaticiens contribuent individuellement sur la base du volontariat.

Un ergonome informatique (Adergo), des graphistes (société Home-made & Philippe Rouanet) et un développeur (société Rizom) ont également participé activement à la conception du logiciel, de la charte graphique et du site Internet.

A sa manière, le Google Summer Of Code contribue aussi au développement de Sigmah. En 2012, 2013, 2014 et 2016, il a en effet financé le travail d’informaticiens qui, durant l’été, ont corrigé des bugs et amélioré le logiciel.

De même, Coordination SUD (plateforme de coordination des ONG françaises) est partenaire pour organiser des formations et relayer la communication. A ce titre, les formations proposées à Paris sont co-organisées avec Coordination SUD dans leurs locaux parisiens.

Voir la prochaine formation prévue

Sigmah est soutenu par 14 ONG

Retour haut de page